fbpx RDCongo: l’inspection des impôts dénonce la disparition de 205 millions de dollars à Bukanga Lonzo | The Oakland Institute
Skip to main content Skip to footer

RDCongo: l’inspection des impôts dénonce la disparition de 205 millions de dollars à Bukanga Lonzo

November 19, 2020
Source
La Libre Afrique

L’inspecteur général des Finances a annoncé, lors d’une conférence de presse à Kinshasa, mercredi, la disparition de 205 millions de dollars qui avaient été décaissés par l’Etat pour le parc agro-industriel de Bukanga Lonzo (Kwango), sous Joseph Kabila. Six responsables ont été « identifiés » par ses services.

Selon l’Inspecteur général des Finances, Jules Alingete Key, en effet, seuls 80 millions des 285 décaissés par l’Etat ont effectivement été affectés au parc agro-industriel, situé à environ 250 km de Kinshasa. La disparition du reste de la somme fait penser à des détournements. Ses services ont « identifié » six responsables, parmi lesquels deux parlementaires, un expatrié, un Congolais en fuite à l’étranger et un autre vivant au Congo.  L’Inspection générale des impôts a saisi la Cour de cassation, apte à juger les membres du gouvernement, les députés et les sénateurs.

Personnes non qualifiées

Alingete Key a estimé qu’il n’était pas étonnant que le projet ait échoué, le marché ayant été attribué  à des personnes non qualifiées, selon lui, et des surfacturations ayant multiplié le prix réel des fournitures jusqu’à dix. Les ministères impliqués à l’époque étaient le Premier ministre (2012-2016) Augustin Matata Ponyo, ainsi que les ministères de l’Agriculture, des Affaires foncières, des Finances, du Portefeuille et de l’Industrie.

Le parc agro-industriel de Bukanga Lonzo était un partenariat public-privé, dont le contrat avait été signé en février 2014 entre l’Etat congolais et une société sud-africaine, African Commodities. Le projet – produire du maïs, du soja, du manioc, des légumes, des poulets –  avait été lancé en juillet de la même année sur 800 km2, englobant 6 villages et environ 5000 habitants, des Tékés et des Lonzos.