fbpx EUROPE: L’Ukraine Est-elle Prête Pour les Accaparements de Terres? | The Oakland Institute
Skip to main content Skip to footer

EUROPE: L’Ukraine Est-elle Prête Pour les Accaparements de Terres?

August 2, 2014
Source
IPS

NEW YORK, Aug 2 (IPS) - In the midst of the exodus of some 100,000 people from conflict-stricken eastern Ukraine, ongoing fighting in the Donetsk and Luhansk urban strongholds between Ukrainian soldiers and separatist rebels, and negotiations for more sanctions against Russia, it is difficult to focus on the most subtle changes taking place in this Eastern European country.

But as the world's attention has been directed towards the political crisis, radical economic reforms are being introduced under the leadership of newly elected President Petro Poroshenko, who recently negotiated agreements with the World Bank and the World Bank. International Monetary Fund that annoys advocacy groups.

Even before Poroshenko took office on 7 June, the International Financial Institutions (IFIs) were hastily sending emergency missions to the country, with the head of the IMF's European Department, Reza Moghadam, who said during a visit March 7th: "I am positively impressed by the determination, the sense of the authorities of responsibility and the commitment of the authorities to a program of economic reform".

After years of suspension of a $ 17 billion loan - partly withheld because of deposed President Viktor Yanukovich's refusal to implement a highly contested pension reform bill that would have raised the age of the 10-year retirement, and its insistence on cutting gas prices that are on the rise - the IMF has now released its purse strings.

The World Bank did the same, announcing a $ 3.5 billion aid package on May 22, which bank chairman Jim Yong Kim said was conditional on the government "removing the restrictions on the economy." competition and [...] limits the role of State control in economic activities ".

While these reforms include calls for greater transparency to spur economic growth, experts fear that Ukraine's fast-paced neoliberal policies in the West can not be catastrophic, especially in the huge agricultural sector. which is widely regarded as the "breadbasket of Europe".

Silent land grabbingUkraine is the third largest cotton exporter and the fifth largest wheat exporter in the world. Agriculture accounts for about 10 percent of gross domestic product (GDP), with vast fields of fertile land producing exceptional crops of grain each year.

Selon les prévisions pour 2013 effectuées par le ministère de l'Agriculture des Etats-Unis, l'Ukraine était en passe de devenir le deuxième plus grand exportateur de céréales au monde (après les Etats-Unis), exportant plus de 30 millions de tonnes de céréales du pays en 2013.

La Banque mondiale estime qu’en 2012 les agriculteurs et les ouvriers agricoles représentaient 17 pour cent de la population active du pays. Et selon le Centre d'études orientales, les exportations agricoles ont grimpé au cours de la dernière décennie, de 4,3 milliards de dollars en 2005 à 17,9 milliards de dollars en 2012.

Un sol riche et une culture agraire riche ne signifient pas immédiatement des dividendes à l'échelle nationale. Les investisseurs potentiels ont cité la "bureaucratie" et la "corruption" comme des obstacles au développement, ainsi que d'un héritage communiste qui interdit la vente de terres.

Mais la dernière décennie a vu un changement brusque dans le secteur agricole de l'Ukraine, avec des investisseurs et des entreprises agricoles étrangers qui élargissent grandement l’appropriation et l’influence dans le pays.

Selon un rapport publié le 28 juillet par 'Oakland Institute', basé aux Etats-Unis, plus de 1,6 millions d'hectares de terres ont été transférées à des entreprises multinationales depuis 2002, y compris "plus de 405.000 hectares à une société cotée au Luxembourg, 444.800 hectares à des investisseurs agréés à Chypre, 120.000 hectares à une société française, et 250.000 hectares à une entreprise russe".

Un accord négocié entre la Chine et Ianoukovitch avant la crise politique – aujourd’hui contesté sous le régime actuel – accordait à Beijing le contrôle sur quelque trois millions d'hectares de terres agricoles dans l'est, une zone de la taille de la Belgique qui représente cinq pour cent des terres arables de l'Ukraine.

Ce changement climatique a été une aubaine pour les investisseurs et les entreprises, avec Michael Cox, directeur de la recherche à la banque d'investissement 'Piper Jaffray', qui se réfère à l'Ukraine comme l'un des "marchés de croissance les plus prometteurs pour le géant de fabrication du matériel agricole, Deere, ainsi que pour les producteurs de semences Monsanto et DuPont".

Ces déclarations ont suscité une levée de bouclier parmi les chercheurs et les organisations de surveillance du commerce.

La directrice exécutive de 'Oakland Institute', Anuradha Mital, a déclaré à IPS: "Les IFI imposent des Programmes d'ajustement structurel (PAS) en Ukraine, qui, nous le savons – à partir de l'expérience du tiers-monde – entraîneront sans doute de graves mesures d'austérité pour le peuple et augmenteront la pauvreté parmi les Ukrainiens".

"L'Ukraine est aussi l'un des 10 pays-pilotes du nouveau projet 'Benchmarking the Business of Agriculture' (BBA) de la Banque mondiale", a indiqué Mittal à IPS, en référence à une initiative nouvelle, encore au stade de développement, qui est liée aux classements controversés 'Doing Business' de la banque.

Cet indice a été critiqué par plusieurs groupes, y compris la Confédération syndicale internationale (CSI) – qui regroupe plus de 176 millions de membres venus de 161 pays – pour le fait qu’il favorise de faibles taxes pour les sociétés transnationales et abaisse les normes du travail dans les pays en développement comme un moyen d'attirer l'investissement étranger.

La Banque elle-même dit que le projet BBA servira en grande partie d’outil pour améliorer la production agricole.

"Le monde a besoin de nourrir neuf milliards de personnes d'ici à 2050", a souligné à IPS, un porte-parole de la Banque mondiale.

"Pour que les petits fermiers soient plus productifs et beaucoup plus compétitifs, ils doivent avoir accès à la terre, au financement, à des semences améliorées, aux engrais, à l'eau, à l'électricité, au transport et aux marchés".

"En identifiant et en suivant les politiques et règlements qui limitent l'accès des petits producteurs à ces éléments essentiels du succès, [le projet] BBA est en train d’être conçu comme un outil pour promouvoir un environnement favorable qui renforce les entreprises agricoles locales et régionales", a-t-elle conclu.

David Sedik, responsable principal des politiques au bureau régional de l'Organisation pour l’alimentation et l'agriculture (FAO) pour l'Europe et l'Asie du centre, estime qu’une telle initiative est grandement nécessaire en Ukraine, où "les principaux bénéficiaires des subventions accordées par le régime de la TVA agricole sont … de grandes sociétés agricoles, dont la grande majorité sont ukrainiennes".

"La liste des réformes nécessaires est assez longue, et pourrait commencer par la construction d'un marché foncier plus transparent", a-t-il indiqué à IPS. "Un premier pas dans cette direction pourrait être la levée du moratoire sur la vente de terrains".

"Le projet BBA semble soutenir la construction d'un système transparent et inclusif de réglementation agricole, quelque chose qui manque à l’Ukraine", a ajouté Sedik.

Mais le co-auteur du rapport de 'Oakland Institute', Frédéric Mousseau, affirme que dit initiatives comme le projet BBA et d'autres existent principalement pour ouvrir les portes de l'Ukraine, jusqu'ici scellées par ses traditions socialistes, aux capitaux étrangers.

"Ces réformes sonnent bien sur papier, mais quand vous regardez de plus près, vous voyez qu'elles sont en réalité conçues pour profiter aux grandes sociétés multinationales au détriment des travailleurs et des petits agriculteurs", a déclaré Mousseau à IPS.

"Ranking systems like the [BBA] project promote contract farming, which means that farmers work for companies, rather than as subsistence producers." We denounce this rhetoric, and the struggle that 'accompanies between different foreign interests over the resources of Ukraine'.

Research on the impacts of the bank's Doing Business rankings in eight countries - including Mali, Sierra Leone, Sri Lanka and the Philippines - yielded similar results: large increases in foreign investment and land grabbing in order to appear more 'business friendly' ".